Les diaporamas du Centre Pompidou 2/2

Dispositifs et applications à l’ouverture

Médium et dispositifs

Dans le contexte décrit dans un précédent billet, le laboratoire de production de diapositives était l’un des plus faciles à mettre en place et des plus adaptés aux besoins des différentes structures utilisatrices de l’établissement public nouvellement créé1.

Béatrice Hatala, [Diapositives éditées par le CCI], [photographie diapositive couleur], CCI, 1977, Archives du Centre Pompidou, APH 04764

Les diapositives, ces petits photogrammes positifs couleur transparents, couchés sur support film acétate inversible, et placés dans un cache individuel rigide puis assemblés chronologiquement en séquences, constituaient en effet le support privilégié pour faire circuler des photographies couleurs, dont le tirage était encore onéreux2. Compactes, elles pouvaient être envoyées aisément aux structures partenaires et services de presse à des fins de communication, ou bien vendues sous pochettes comme support de documentation, comme les pochettes ci-dessus, éditées par le CCI. Projetées sur un écran, un mur ou un objet, elles pouvaient aussi être visualisées collectivement en grand format, voire intégrées à des installations spectaculaires.

Hans Gugelot, projecteur de diapositives Kodak Carousel S-AV, 1964, MNAM-CCI, collection Design, 1964, AM 2000-1-11, https://www.centrepompidou.fr/fr/ressources/oeuvre/cgz6Axa

Dès le début des années soixante-dix, avant même de se doter d’un laboratoire de tirage, les différents utilisateurs du Centre3 et son service audiovisuel se sont équipés en projecteurs de deux types différents. Les plus nombreux étaient alors des Kodak Carousel S-AV, évolution du modèle S-1 de la firme qui avait révolutionné le secteur en 1961 en proposant un chargeur de diapositives non plus rectiligne mais circulaire4, qui permettait le défilement en boucle continue d’une série de 80 diapositives. Le reste du parc du futur Centre5 était constitué de projecteurs produits par la société Simda, qui avait mis au point quant à elle un système de projecteur à double foyer permettant de faciliter les effets de montage, et notamment les fondus enchaînés.

Accompagnées d’une bande sonore synchrone, ces séquences d’images diapositives pouvaient être projetées sur un écran opaque, un mur ou un objet, ou apparaître par rétroprojection à travers un écran transparent. Comme le préconisait déjà José Bernarht en 1971, les montages les plus spectaculaires pouvaient constituer des murs d’images, par assemblage de projections sur plusieurs écrans simultanément, au moyen de plusieurs machines synchronisées entre elles.

Exposition “Beaubourg en France” organisée au musée Stuzki de Lodzl en Pologne présentant le projet lauréat du concours pour la réalisation du Centre : Salle d’exposition et un écran de projection pour les diapositives, [photographie noir et blanc], 1975, Archives du Centre Pompidou, APH 03969. Photographie trouvée par Fanny Lautissier, chargée des fonds photographiques contemporains de la bibliothèque Kandinsky.

Les diapositives dans les premières années du Centre Pompidou

Sous ces différentes formes, les diapositives sont très largement mobilisées par les différents départements utilisateurs du Centre Pompidou dans ses premières années, s’appuyant sur le service audiovisuel pour les produire, les réaliser, les développer, les installer voire les faire circuler. L’IRCAM produit plusieurs spectacles audiovisuels constitués de diaporamas, dont La Voix des voies, de Luciano Berio (1977). La BPI innove en donnant accès à ses visiteurs à une riche diathèque, consultable librement sur postes de visionnages individuels. Elle produit également plusieurs montages de diaporamas pour ses expositions, tout comme le CCI et le MNAM.

Le mur d’images de la galerie d’exposition du CCI

Le Centre de création industrielle est peut-être le département du Centre Pompidou dont l’usage des diapositives est le plus emblématique. La galerie d’exposition qu’il occupe pendant les premières années d’ouverture du Centre Pompidou, en surplomb du Forum, côté nord du bâtiment, se poursuit le long de la façade Est avec un gigantesque mur d’images. Celui-ci est conçu par le directeur de la Neue Sammlung de Munich d’alors, Wend Fischer6, comme une introduction à l’histoire de l’évolution du monde industriel jusqu’aux années trente7.

Aménagement des espaces : un espace d’accueil et de consultation du Cci avec le mur d’images et d’objets de la Galerie de la Création Industrielle, [diapositive couleur], 1977, Archives du Centre Pompidou, APH 07256.

Ce mur d’images réalise à sa manière le projet de façade audiovisuelle, non pas extérieure comme la prévoyaient les architectes du Centre Pompidou8, mais intérieure, à l’abri de la lumière du jour. Il constitue également une forme de démonstration des moyens modernes d’exposition mis en œuvre par le CCI et par le Centre Pompidou de manière générale, auprès du public qui y a accès librement.

“La Ville et l’enfant” (1977-1978) : une exposition audiovisuelle du CCI

De fait, les expositions temporaires qui feront la renommée du nouveau Centre mobilisent elles aussi largement les moyens audiovisuels. Sur ce plan, le CCI est particulièrement moteur. Certaines de ses grandes expositions mettent l’audiovisuel à l’honneur. Ainsi, “La Ville et l’enfant”, l’une de ses plus grandes expositions organisée du 26 décembre 1977 au 13 février 1978 au cinquième étage du Centre Pompidou9, propose douze points de visionnage de productions audiovisuelles, dont cinq rétroprojections de montages de diapositives (en vert sur le plan ci-dessous).

Plan de Renaud Zizine, dans Jean-François Grunfeld, La ville & l’enfant. Les mots & les images, 1977, p.6-7, Bibliothèque Kandinsky, IN-4 16615.
En vert : les diaporamas, en bleu : les vidéos, en rouge : les films, en noir : les installations.

Jean-Claude Planchet, [Vue de l’exposition La Ville et l’enfant], [diapositive noir et blanc], CCI, 1977, Bibliothèque Kandinsky, CCI 56.70

Tous ces diaporamas ne prennent pas la même forme : le plus grand, statique, est un montage multiécran représentant une vue sur la ville (voir photo ci-dessus) devant laquelle se tient un poupon géant. Plusieurs rangées de sièges sont installées pour visionner les montages de diapositives “L’image de la ville dans les manuels de lecture depuis 1900” et “De la ville malsaine à l’enfant sain”, mais pas pour “L’air de la ville” et “1000 dessins d’enfants”. Le médium est exploité ici pour ses qualités documentaires et didactiques autant que spectaculaires.

L’audiovisuel dans les expositions du Musée national d’art moderne – l’exemple de “Paris-Berlin” (1978)

Le Musée national d’art moderne, quant à lui, fait un usage majoritairement documentaire du support. La documentation du MNAM hérite de la diathèque du CNAC, qu’elle continue d’alimenter par des vues systématiques des expositions organisées par le musée, où l’audiovisuel se fait bien plus discret. Néanmoins, dans la continuité des expérimentations muséographiques du CNAC10, les plus importantes expositions du MNAM proposent toutes quelques diaporamas, consultables dans des recoins du parcours. L’historienne Bernadette Dufresne, dans son analyse des expositions internationales des premières années du Centre, souligne la particularité sur ce plan de “Paris-Berlin”, qui s’est tenue du 12 juillet au 6 novembre 197811 :

« Paris-New York a été une sorte de ballon d’essai. Les commentaires ont été en général pris en considération pour les expositions suivantes. Un sujet difficile impose plus de pédagogie, des panneaux explicatifs, l’usage de l’audiovisuel : Paris-Berlin est de ce point de vue meilleure. »

Bernadette Saou-Dufrêne12

De son côté, Maire Gispert, dans l’article qu’elle consacre en 2019 à l’exposition “Paris-Berlin”, souligne le rôle des diapos et vidéo intégrées au parcours d’exposition pour susciter l’intérêt du public, même le plus grand13.

Jacques Faujour, [Vue de l’exposition Paris-Berlin], [diapositive couleur], MNAM, 1978, bibliothèque Kandinsky, MUS 197819.13 11

De fait, lorsque l’on explore les vues photographiques d’expositions du MNAM des premières années du Centre conservées par la bibliothèque Kandinsky, seules celles de “Paris-Berlin” donnent à voir des projections de diapositives. Plusieurs de ces photographies donnent à voir des petits espaces, entre les salles, dédiés au visionnage de montages audiovisuels constitués essentiellement de reproductions d’œuvres absentes de la sélection accrochée. Dans l’ensemble, les diaporamas produits et diffusés à l’occasion de cette exposition restent toutefois hors-champ du photographe du Musée, Jacques Faujour, dont la mission est principalement de constituer une trace de l’accrochage des œuvres14.


Emblématique des expositions du CCI, plus marginal mais récurrent dans les expositions du MNAM, l’usage des diapositives se systématise au Centre Pompidou dans ses premières années, constituant un marqueur de la muséographie de la nouvelle institution. Elles continueront de jalonner les parcours d’expositions les décennies suivantes, avant que le médium ne soit supplanté par la vidéoprojection numérique, à la fin des années 1990. Son obsolescence a malheureusement mis en péril la conservation de ces productions hybrides : par manque de considération, de nombreux diaporamas ont été perdus au fil du temps. 245 sont actuellement recensés dans le fonds d’archives audiovisuelles du Service de production audiovisuelle, mais tous ne sont pas complets. De plus, le parc de projecteurs du service s’est drastiquement réduit : le peu à être encore maintenu en état de marche est essentiellement destiné à la projection des œuvres de la collection du MNAM, ou prêtées pour ses expositions.



Citer ce billet
Ève Givois (2024, 21 mars). Les diaporamas du Centre Pompidou 2/2. MAVEX. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://mavex.hypotheses.org/1737

Ève Givois

Chargée de recherche post-doctorante à la bibliothèque Kandinsky pour le projet MAVEX.

More Posts

  1. Rapport sur l’installation d’un laboratoire photographique boulevard de Sébastopol, CNAC, 1973, Archives du Centre Pompidou, 2004W100-42. []
  2. Nathalie Boulouch, « Photographie illégitime, cinéma du pauvre : le destin impossible de la diapositive », Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality: History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, 2014, no 24‑25. []
  3. Jean-François de Canchy, Présentation de diapositives dans la galerie d’information Beaubourg. Note pour Blaise Gautier, [copie de note manuscrite], 9 mai 1973, 2 p., Archives du Centre Pompidou, 2004W100-42 []
  4. Anne Lacoste, Nathalie Boulouch, Olivier Lugon et Carole Sandrin (dir.), Diapositive. Histoire de la photographie projetée, Lausanne, Les Éditions Noir sur blanc, coll. « Musée de l’Elysée », 2017, p. 56. []
  5. Centre national d’art et de culture Georges Pompidou Audiovisuel. Note d’information n°4, [note d’information], décembre 1976, 13 p., Archives du Centre Pompidou, RAP 9600014 []
  6. Raymond Guidot et Bernadette Dufrêne, « Retour sur la naissance et l’histoire du Centre de création industrielle avec Raymond Guidot », Magazine du Centre Pompidou, 27 avr. 2021, consultable en ligne : https://www.centrepompidou.fr/en/magazine/article/retour-sur-la-naissance-et-lhistoire-du-centre-de-creation-industrielle-avec-raymond-guidot. []
  7. Exposition Culture de l’objet. Design, arts plastiques, architecture. 24 mars – 29 mai 1989. Galerie du CCI, [communiqué de presse], 6 p., Archives du Centre Pompidou, consultable en ligne : https://www.centrepompidou.fr/media/document/d2/c2/d2c2ce026157c064ea8128a9c5c563e0/normal.pdf []
  8. Boris Hamzeian, 1968-1971 The Live Centre of Information : de Pompidou à Beaubourg, New York / Barcelone, Actar / Centre Pompidou, 2022, p. 166‑179 et 202‑204. []
  9. Voir la page du catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou dédiée à l’exposition : https://cataloguedesexpositions.centrepompidou.fr/La_Ville_et_l%27enfant,_concours_photographique []
  10. Voir billet précédent, et Jean-François de Canchy, Rapport sur le montage audiovisuel Takis, CNAC – Ministère des Affaires culturelles, 1971, Archives du Centre Pompidou, 2004W100-42 ; Daniel Abadie, Audio-visuel Reutersward, CNAC – Ministère des Affaires culturelles, 1972, Archives du Centre Pompidou, 2004W100-42 ; Jean-François de Canchy, Animation audiovisuelle au CNAC. Note pour B. Gautier, [photocopie de note manuscrite], décembre 1973, 2 p., Archives du Centre Pompidou, 2004W100-42 []
  11. Sur cette exposition voir la page qui lui est consacrée dans le Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : https://cataloguedesexpositions.centrepompidou.fr/Paris-Berlin []
  12. Bernadette Saou-Dufrêne, « La série des expositions internationales du Centre Georges Pompidou : pour un nouveau modèle », Culture & Musées, 1995, vol. 8, no 1, p. 94. []
  13. Marie Gispert, « “Je ne voulais pas seulement documenter, je voulais aussi convaincre”. L’exposition “Paris-Berlin” au Centre Pompidou, 12 juillet-6 novembre 1978 », Les Cahiers du Mnam, 2019, no 148, p. 81‑111. []
  14. Remi Parcollet, “Jacques Faujour, photographe au Centre Pompidou”, carnet de recherche Histoire des expositions, 25 février 2015, consultable l’adresse https://doi.org/10.58079/pnp0 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.